Les résultats d'un sondage Gallup-Ifop
Qui sommes-nous Services Méthodologie Remue-management Trouvailles
Historique
Consultants et animateurs
Réseau
Clients
Services
Services
Services
Services
5 objectifs
Multirythme interactif
Déroulement type

Archives

Les résultats d'un sondage Gallup-Ifop :
Le blues des cadres français

Vue dans le « Figaro Entreprises » 12/11/2002

Les résultats d'un sondage réalisé auprès de 1000 salariés français par l'Ifop pour Gallup témoignent du blues des cadres.
Selon Gallup les individus activement désengagés : «ont un profil psychologique négatif, tendant à faire partager leur vision négative des choses et pouvant aller jusqu'à lutter contre les intérêts de leur entreprise.

DECEMBRE 2001
DECEMBRE 2002
ENGAGES
9%
6%
NON ENGAGES
63%
68%
ACTIVEMENT DESENGAGES
28%
26%
ENGAGES
NON ENGAGES
ACTIVEMENT DESENGAGES
Cadre supérieur
3%
80%
17%
Profession intermédiaire
10%
66%
24%
Employé
6%
61%
33%
Ouvrier
6%
60%
34%
AGES
ENGAGES
NON ENGAGES
ACTIVEMENT DESENGAGES
18-24 ans
4%
74%
22%
25-34 ans
7%
56%
37%
35-49 ans
6%
72%
22%
50-64 ans
6%
80%
14%


Quelques conclusions

1. La relation de confiance entre cadres et entreprises se dégrade : seulement 6% des cadres sont engagés (contre 9% en 2001), 68% vivent une relation d'indifférence et 26% sont activement désengagés.

2. Si les cadres sont moins engagés que les ouvriers ou les employés ils se trouvent beaucoup moins en situation d'opposition (17% contre 34% et 33%). Ils se murent dans une forme d'indifférence.

3. Avec l'âge l'opposition parfois militante évolue vers une forme d'indifférence tranquille, comme si les cadres désespéraient de voir les choses évoluer.´

4. Au total 6% des salariés se disent «engagés» contre 20% aux Etats-Unis. En revanche ils ne sont que 4% à Singapour.

Quelques hypothèses pour expliquer la démotivation des cadres.
5. Les cadres se sentent démunis face à un climat d'incertitude, d'évolution rapide des métiers, de pression des actionnaires, de rachats à répétition, etc. Ils ont de plus en plus de difficultés à donner du sens quand les stratégies changent tous les 6 mois, ils ont l'impression de ne plus pouvoir s'engager de peur de ne pas pouvoir tenir leurs engagements. Se développe parfois un sentiment de trahison qui peut expliquer le désengagement actif.

En outre, dans des organisations aux hiérarchies de plus en plus plates et dans des groupes internationaux qui favorisent le management local et limitent l'expatriation, leurs perspectives de carrière se réduisent.

15 questions à vous poser pour savoir si vous êtes un(e) salarié(e) satisfait(e)


Contact | Carte du site | Vos réactions nous sont utiles | Documentations corporatives