KPMG
Qui sommes-nous Services Méthodologie Remue-management Trouvailles
Historique
Consultants et animateurs
Réseau
Clients
Services
Services
Services
Services
5 objectifs
Multirythme interactif
Déroulement type

Trouvailles - Sur le net

KPMG's Knowledge Management Survey 2002-2003



Méthodologie
La firme KPMG a rejoint, par le biais d’un sondage sur la gestion du savoir, des entreprises parmi les 500 plus importantes situées en Angleterre, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. L’objectif principal de l’enquête était d’analyser la situation actuelle de la gestion des connaissances dans les organisations des secteurs lucratifs et non lucratifs en Europe.


Quelques résultats

Parmi les entreprises européennes sondées, 80 % estiment que le savoir est un avantage stratégique au sein de l’organisation. Malgré tout, plus des trois quarts (78 %) des entreprises européennes estiment qu’elles perdent des opportunités d’affaires intéressantes en raison du manque d’exploitation du savoir (pertes de revenus moyennes de l’ordre de 6 %). Une majorité de compagnies (51 %) ont tout de même mentionné que l’implication des membres du conseil d’administration dans la gestion du savoir a augmenté depuis les trois dernières années.

Le sondage révèle que les dépenses moyennes en gestion des connaissances représentent moins de 2 % du total des revenus. En ce qui a trait au taux de rendement du capital investi (RCI), 27 % des entreprises sondées rapportent qu’il est supérieur à l’objectif fixé par l’organisation, 9 % mentionnent qu’elles ont tout juste atteint l’objectif et 64 % affirment ne pouvoir quantifier leur RCI.

La gestion du savoir est utilisée par les entreprises européennes pour plusieurs raisons.
Parmi celles-ci : créer une synergie entre les éléments (83 %), accélérer l’innovation (63 %), permettre une meilleure gestion du capital client (74 %), réduire les coûts (67 %), améliorer la qualité (70 %) et réduire l’exposition aux risques (26 %). En plus des avantages financiers générés par la gestion des connaissances, les compagnies ont également mentionné des bénéfices non monétaires tels qu’une amélioration dans la qualité (73 %), un meilleur travail d’équipe (68 %), un temps de réaction plus court (64 %) et de meilleures décisions prises par les employés de première ligne (55 %).

L’enquête a permis d’établir que la gestion du savoir est exercée dans plusieurs zones de l’entreprise. En outre, les organisations sondées ont mentionné qu’elle était appliquée dans les départements suivants : service de livraison (53 %), ventes et marketing (53 %), division des opérations (51 %), ressources humaines (43 %), recherche et développement (43 %), stratégie (36 %), canaux de distribution (32 %) et approvisionnement (26 %).

Pour en savoir plus sur l'Etude KPMG
Insights from KPMG's European Knowledge
Management Survey 2002/2003



Contact | Carte du site | Vos réactions nous sont utiles | Documentations corporatives