Selon une enquête du CREDOC, 52% des Français seraient prêts à payer 5% de plus pour obtenir certains engagements de citoyenneté de la part des entreprises. Cependant ils sont seulement 20% à en être sûrs, 32% le seraient « peut-être ». En revanche, ils sont 45% à ne pas accepter de payer plus.


Les quatre premières causes auxquelles les consommateurs seraient les plus sensibles sont :

Ne pas avoir recours au travail des enfants 46%
Produits fabriqués en France 32%
Respect des conditions de travail des salariés 30%
Fabrication non polluante 24%
Loin devant l’aide à la recherche médicale, 15%
l’aide à l’insertion des personnes en difficulté, 15%
ou l’aide au tiers monde 13%


Les causes sont nombreuses et chaque catégorie de consommateur a la sienne. Un mapping étonnant obtenu par analyse factorielle permet de le mesurer :

L’aide au tiers monde pour les étudiants et les moins de 25 ans.
La recherche médicale pour les ouvriers, les non-diplômés et les revenus de moins de 1000.
Les produits français pour les indépendants, les diplômés du BEPC, les retraités, les 40 à 69 ans et les habitants de ville de moins de 2000 habitants.
Le respect des conditions de travail et le non recours au travail des enfants pour les revenus de plus de 2200, les employés, les 25 à 39 ans, les bacheliers et les diplômés du supérieur.
L’éthique aussi a sa segmentation.